Accueil

Angelin German

Angelin German, 1915-2015, issu d’une famille modeste de cordonniers à Flayosc, réussit malgré un parcours parsemé d’imprévus des études de médecine à la faculté de Marseille. Mais la seconde guerre mondiale éclate et son destin le pousse à prendre part à des actions de résistance en tant que médecin à l’hôpital de Draguignan, où il déjoue la surveillance des nazis et de la gestapo pour faciliter l’évasion de résistants. Il sera d’ailleurs surnommé « le Toubib de la Résistance ». Même s’il semble difficile de collecter des preuves réelles sur des actions notoires de résistance portées par Angelin German, il conserve se surnom au fil des années, grâce au travail de mémoire qu’il effectue pour que les générations futures n’oublient pas les héros américains et français qui sont morts pour la libération de la Provence. La guerre terminée, il crée une clinique à Draguignan pour y exercer sa spécialité d’obstétricien. Durant sa carrière professionnelle il aura fait « don de vie » en mettant au monde près de 25 000 enfants. Parallèlement, il nourrit un autre rêve, devenir maire de Draguignan ! Une ambition qui ne sera pas réalisable dans le Var politique de l’époque. Il satisfera son ambition politique en assurant la transformation de sa ville, Flayosc où il fût Maire pendant 29 années. Le « toubib de la résistance » fait donc partie de ces illustres Dracénois, marquant leur époque. Avec ce document vidéo, la collection du Dragon transmet la mémoire collective aux générations futures au travers d’un personnage célèbre.


Claude Gay

CLAUDE GAY, Né à Draguignan le 18 mars 1800, effectua les premières études approfondies de la flore, de la faune, de la géologie et de la géographie chiliennes, pays qu’il étudiera pendant près de 60 ans. Décoré de la légion d’honneur en 1871, il s’éteindra au Deffens, près de Flayosc (Var) le 29 novembre 1873.


L’abbé Raymond Boyer

L’ ABBÉ RAYMOND BOYER, homme de Dieu, homme de sciences fut tour à tour archéologue, chercheur et linguiste. Ce dracénois d’exception alliant érudition et anticonformisme nous a quitté en mai 2011..


Mémoire de l’eau

« EAUX CACHÉES, EAUX COURANTES » est le premier volet de La mémoire de l’eau en Dracénie, à l’intention de tout public. C’est grâce à un travail commun et à un fort partenariat local qu’un tel résultat a pu être obtenu.
L’ambition de ce projet est de permettre à tous les amoureux de l‘histoire et du patrimoine local, de partager et de transmettre aux jeunes générations, la mémoire d’un bien universel, “l’eau”, et celle d’un territoire, “la Dracénie”.


Mémoires Vives

MEMOIRES VIVES… Dans un petit coin de la Dracénie en 1938-1939, là où le soleil inonde les platanes et les oliviers, où les cigales s’époumonent à en perdre leurs ailes, des personnes au vécu inscrit dans le sillon de leurs joues, au passé tapi au creux de leur cœur, racontent leur histoire toute pleine d’images et d’émotions. “J’aimais beaucoup ma ville natale. Dans mon bureau, j’avais affiché une photo de la place du marché et de la tour de l’Horloge à Draguignan… Le Var, Draguignan, c’est la région de mon enfance. C’est le pays de mon père, de ma mère, de mes racines en somme.”
M. Gustave Vergelin


Salernes – Cité de la céramique

SALERNES, village provençal, possède un patrimoine historique et culturel extrêmement riche, que nous souhaitons vous faire mieux connaître et aimer au travers de l’histoire de la céramique.
La production villageoise, traditionnelle et artisanale, associée à l’art de vivre des terroirs demeure une source d’emplois importante et contribue de manière significative à l’image positive de la Provence. En effet, grâce à son dynamisme artisanal, Salernes donne du Haut-Var l’image d’un pays qui sait inscrire un savoir-faire séculaire dans un développement local et contemporain.
Trace matérielle d’une histoire, ce patrimoine pédagogique est à enseigner à toutes les générations, en espérant transmettre aux jeunes son savoir-faire et encourager les vocations.